AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ҩ Who am I fooling ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

worth knowing

Ҩ pseudo : Union Jack.
Ҩ messages : 48
Ҩ crédits : Union Jack.



MessageSujet: Ҩ Who am I fooling ? Jeu 1 Nov - 20:37


Who am I fooling ?
I'm just a smiling face and I make believing world

J'étais en manque, en manque de caféine, en manque de Starbucks. Ca me démangeait, ça me rongeait comme une plaie. Je pensais pas qu'on puisse à ce point être accro à une substance de ce genre. Je me croyais plus forte que ça. Mais il était 18h et je n'y tenais plus: j'ai attrapé mon blouson en cuir, direction le Starbucks. Je marchais plus vite que je ne l'aurais voulu d'ailleurs. On dit que la caféine excite, moi elle me rend juste plus lucide et bizarrement, beaucoup moins à cran. En bonne italienne qui se respecte, j'avais pris très jeune le truc avec la caféine, toute boisson caféinée suffisait à faire mon bonheur. Et si je regrettais amèrement mes expressos de Rome, Starbucks m'aidait à combler ce vide quotidiennement. J'avais beau me dire que ce n'était pas des cafés dignes de ce nom, j'étais un substitut alors je me bornais à des produits substituts également.

Mes jambes ont eu vite fais de me porter jusqu'à mon Eldorado, dieu merci. J'aimais à changer de boisson tous les jours: aujourd'hui, ce sera un frappuccino à la vanille, ni plus ni moins. Et une fois servie, je m'installais bien confortablement sur un des tabourets qui bordaient la baie vitrée. Comme d'habitude, je m'absorbais dans la contemplation de la foule à l'extérieur. Les plus grands comédiens apprennent à jouer la comédie dans le vif du sujet. Y'a même un nom pour cette technique mais il m'échappe. Pour ma part, c'était plus compliqué que ça. Je me fondais dans le moule de Maëlynn en me basant sur les dire, sans jamais me confronter vraiment à elle, me confrontant plutôt à ses connaissances, ses proches. Dans cette démarche, Lucan m'était d'un soutien précieux. Mais au delà de cette comédie, j'avais toujours eu cette manie d'observer les gens, souvent dans les yeux ce qu'on trouvait toujours dérangeant. Ca m'avait attiré pas mal d'emmerdes, c'est le moins qu'on puisse dire. Les italiens ont le sens chaud et un goût prononcé pour le machisme. Mais j'ai toujours su m'en sortir et sans l'aide de personne. Ici c'était bien plus paisible. Je n'avais à me soucier de personne, je ne connaissais personne et on croyait me connaître en me prenant pour ma tendre soeur. C'était quand même fou de voir que ses prétendus amis ne voyaient pas la différence, décelant à peine les incohérences.

Je ne pus retenir un sourire, le regard perdu dans le vague. On devait se demander ce que signifiait ma mimique, si j'étais folle ou non mais je m'en fichais. Le monde s'était par la baie vitrée, bien moins hostile que dans les bas quartiers de Rome mais je restais la même. Etais-je vraiment la même ? Maman disait qu'on se forgeait au gré de ses rencontres. Etais-je toujours la même Raven, éperdue de vengeance ? Je savais qu'en quittant Rome j'avais cessé d'être Chiara. Mais qui était donc Raven dans ce cas ? Un simulacre de Maëlynn ? Cette pensée m'était pénible et je l'écartais à l'aide d'une longue gorgée de ma boisson.

made by Union Jack.
# Raven
Liam #


Raven
Ghosts from the past are the worse one. They keep haunting you no matter what you do to forget them. No matter what you think, no matter what you want, they are using you like a toy. But I'm no one's toy. I am the puppet master, welcome to my world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

worth knowing

Ҩ pseudo : Mano
Ҩ messages : 98
Ҩ crédits : ...



en savoir plus sur moi...
Ҩ choses à faire :
Ҩ Mon téléphone:

MessageSujet: Re: Ҩ Who am I fooling ? Lun 5 Nov - 20:34

J'ai peur de ce que tu me fais ressentir


Enfin une journée sans travail. Cette journée de congé, je l'avais attendue depuis plusieurs semaines maintenant. J'avais voulu en poser une plus tôt mais ce n'était pas possible. C'était parfois un peu difficile au Journal ces derniers temps, les journalistes avaient du mal à boucler leur chronique à temps et résultat, je restais tous les soirs jusqu'à pas d'heure pour terminer leur travail. Evidemment, ce n'était pas le cas de tous mes employés. Concernant la rubrique du coeur et donc celle de Maelynn, je ne pouvais rien dire, c'était toujours parfait et évidemment, je ne lui en faisais toujours pas part, la rubrique de Lexie, Delialh était toujours terminé à temps aussi. Enfin, aujourd'hui, je n'avais pas été au travail. J'avais laissé la main à Lexie, la seule en qui j'ai vraiment confiance dans ce Journal finalement et évidemment, elle avait sauté sur l'occasion, depuis le temps qu'elle rêve de prendre ma place celle-ci, mais c'est ma meilleure amie, je sais qu'elle ne fera jamais une chose pareille. Tout ceci m'avait au moins permis de respirer un peu durant une journée au moins et je l'avais passé à faire du shopping. J'avais beau être un homme, j'adorais faire du shopping, m'acheter de nouvelles fringues. J'étais le genre d'homme qui sait prendre soin de lui. Pourtant, je n'avais pas été très orignal. J'achetais toujours la même chose, c'est d'ailleurs ce qui déplait autant à ma petite soeur. Cet après midi, j'avais acheté un jean foncé, une chemise bleu nuit et une veste en cuir. Je devais avoir environ une dizaine de veste en cuir mais je n'arrive jamais à m'en lasser. Je venais de finir mes emplettes et j'ai donc décidé d'aller boire un café au starbucks du coin. J'y allais souvent et je prenais toujours la même chose. Un long café, avec un supplément lait. Rien de bien spectaculaire là non plus mais c'est ainsi que j'aimais mon café.

J'ai poussé la porte du Starbucks et c'est là que j'ai vu Maelynn. Un frisson a alors parcourut mon corps et j'ai senti lon rythme cardiaque s'accélérer. Ce n'était pas bon du tout ça. Maelynn procurait chez moi des sensations étranges, des sensations que j'aurais préféré ne jamais ressentir. Je ne suis pas quelqu'un qui soit effrayé par beaucoup de choses mais la simple idée d'avoir des sentiments pour quelqu'un me terrifie. Je sais à quel point je peux être sensible parfois et je sais aussi à quel point mon coeur peut se briser rapidement. Je tenais réellement à deux personnes sur cette terre. Il s'agit de Norah et de Lexie. J'aurais aimé que ce soit les seules mais malgré toute la volonté que je pouvais mettre pour hair cette fille qui se trouvait dans le même café que moi, je n'y arrivais pas. Je gardais toujours en souvenir cette soirée, remontant à plus de cinq ans, où je l'avais tout simplement trouvé parfaite ! Depuis, évidemment, je n'ai jamais réussis à revoir la même fille. Même lorsqu'elle se montre aimable avec moi, ce qui est rare, je n'ai pas la sensation qu'elle soit la même. Quoi qu'il en soit, même lorsqu'elle se montre désagréable, je ne peux pas m'empêcher d'être indéniablement attiré vers elle. C'est mon corps tout en entier qui réagit à sa simple présence. Pourtant, ces derniers temps, j'ai pris la décision de ne plus lui adresser la parole. J'aurais pu continuer encore longtemps notre petit jeu du "je te déteste" mais en fait "je t'aime bien" mais j'en avais assez. Evidemment, ça m'amusait beaucoup. Maelynn m'amusait beaucoup. J'aimais son sens de la répartie, ses piques, ses blagues, ses articles, j'aimais tout en elle en réalité ! Cependant, tout ceci devenait bien trop dangereux et pour me protéger un maximum, je devais absolument l'ignorer. Heureusement, à cet instant précis, elle ne m'avait pas vu. J'aurais pu faire demi tour, ne pas aller chercher mon café et sortir directement de ce Starbucks mais malheureusement, je n'ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit. "Hey Liam ! Tu vas bien ? Comme d'^habitude mon pote ?" dit le serveur qui venait de me voir entrer. Et merde ! Je fis une légère grimaçe et un sourire totalement forcé qui signifiait qu'à cet instant précis, je le détestais. Je crois d'ailleurs qu'il a bien comprit le message puisqu'il m'a servit mon café sans même me regarder. Je me suis alors dirigé vers lui pour payer, allant le plus vite possible afin de quitter au plus vite cet endroit. Je sais bien que Maelynn m'avait vu mais tant pis, moi je ne lui donnerais pas le plaisir de lui jeter un seul regard. D'ailleurs, j'espèrais qu'elle avait fini son article pour être au Starbucks aussi tôt mais la connaissant, elle n'aurait jamais quitté le journal sans avoir terminé, même si j'étais absent.


made by Union Jack.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

worth knowing

Ҩ pseudo : Union Jack.
Ҩ messages : 48
Ҩ crédits : Union Jack.



MessageSujet: Re: Ҩ Who am I fooling ? Mer 7 Nov - 23:30


Who am I fooling ?
I'm just a smiling face and I make believing world

Tu l'as repéré dès qu'il a franchi le seuil du starbucks, et t'as honte de l'admettre. T'aimerai prétendre que c'est simplement parce que t'es observatrice mais tu peux pas te mentir à toi-même et ça te laisse un arrière goût amer dans la bouche. Et tu sais que c'est pas le café. Tu restes immobile, tu te demandes s'il sait que t'es là, tu penses que non. Et puis cette raideur dans ces épaules, cette façon pas naturelle qu'il a ne surtout pas tourner la tête d'un côté ou de l'autre... Non c'est obligé, il t'ignore royalement. Tu manques de faire tomber ton café sur le coup et tu sais que la moutarde te monte au nez. Si y'a bien un truc que tu supportes pas, c'est qu'on t'ignore royalement sans raison valable. Réflexion faite, il avait peut-être une raison valable mais il l'ignorait. Toi tu faisais tout pour lui être agréable c'est l'autre qui jouait les pimbêches frigides. Bon ok, tu étais censée être cette autre, et pas Raven. Liam ne connaît pas Raven. Mais il n'allait pas tarder à avoir un aperçu concret de son mauvais caractère légendaire.

Tu sais pas trop si c'est pour toi que tu le fais ou si c'est dans le cadre de ton rôle mais tu sautes au bas de ton tabouret, ton café en main et tu te diriges vers lui d'un pas résolu. Tu n'étais pas décidée à le laisser s'échapper, tu n'étais pas du genre à laisser les gens faire ce qu'il voulait de toi, tu ne faisais que ce qui te plaisait un point c'est tout. Et si Monsieur avait décidé de t'ignorer, toi tu avais décidé qu'il étai temps pour toi de te faire voir justement. Peu importe si ça ressemblait ou non à l'attitude de Maëlynn, tu te sentais piquée dans ta sensibilité et tu ne pouvais pas laisser passer une chose pareille.
T'avais si bien manigancé ton coup qu'au moment où il allait franchir la porte du café, tu as surgi devant lui, lui barrant la route.

« Oh j'ai un coup au coeur, mon patron fait semblant de ne pas me voir. Bonjour Liam. Qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour déclencher ton courroux ? »

Et sur ces mots, tu ouvris la porte pour que nous sortions sur le trottoir. Tu ne doutais pas qu'il le ferait, il aurait semblé plutôt idiot qu'il ne le fasse pas. Mais bon, si cela lui faisait plaisir de passer pour un idiot, ce dont tu doutais fortement, tu n'avais pas ton mot à dire. Mais tu attendais, tu attendais qu'il se décide à faire un geste. Il avait cru en avoir fini avec toi rien qu'en t'ignorant mais ce n'était pas le cas et ça ne le serait jamais. Tu étais têtue, obstinée, une vraie italienne c'est le moins qu'on puisse dire. Et quand quelque chose ne passait pas, tu n'attendais pas que ça passe, tu faisais en sorte de tout faire sortir.

made by Union Jack.
# Raven
Liam #


Raven
Ghosts from the past are the worse one. They keep haunting you no matter what you do to forget them. No matter what you think, no matter what you want, they are using you like a toy. But I'm no one's toy. I am the puppet master, welcome to my world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

worth knowing

Ҩ pseudo : Mano
Ҩ messages : 98
Ҩ crédits : ...



en savoir plus sur moi...
Ҩ choses à faire :
Ҩ Mon téléphone:

MessageSujet: Re: Ҩ Who am I fooling ? Jeu 8 Nov - 23:51

J'ai peur de ce que tu me fais ressentir


Maelynn était bien la dernière personne que j'avais envie de voir aujourd'hui. Je ne la supportais plus. Je ne supportais plus cette manière qu'elle avait de jouer avec mes sentiments sans même en avoir réellement conscient. Cette fille était en train de me rendre dingue et ce n'était pas seulement du sens figuré. Et ce crétin de serveur ! Je lui laissais souvent des pourboirs, une chose est sûre, il pouvait maintenant leur dire adieu. Evidemment, dans un petit coin de ma tête, j'avais l'espoir que Maelynn ne bouge pas, qu'elle m'ignore totalement, comme elle savait si bien le faire au travail mais étrangement, dés qu'on était en dehors, elle se montrait plutôt charmante, voir "dragueuse" avec moi. Je ne comprenais vraiment pas à quoi ça lui servait de faire tout ça, de jouer ce double jeu et longtemps, je me suis dis que je finirai par lui poser la question mais sincèrement ça ne m'intéressait plus tellement. Enfin, pour être tout à fait honnête, c'est surtout que je préférais ne pas connaître la réponse, l'histoire de ne pas m'attacher un peu plus à elle que je ne l'étais déjà. Souvent, quand je regardais Maelynn, je voyais Elena, ma meilleure amie dont j'avais été amoureux à une époque qui était maintenant décédée. Elles étaient pareilles toutes les deux. Elena non plus ne montrait rien. Elle ne montrait pas qu'elle m'appréciait, du moins au début. Le problème avec Maelynn, c'est que le début durait depuis un certain temps. Souvent j'avais voulu remonter le temps. Revenir, il y a cinq ans, à cette fameuse soirée avec Maelynn où elle avait été tout simplement parfaite, où elle avait été tout ce que j'ai toujours cherché chez une femme. Depuis ce jour, je n'ai jamais retrouvé cette Maelynn, même pas lorsqu'elle se montre plutôt agréable. Je me demandais souvent où elle était passée.

Elle se tenait devant moi avec toujours cette même froideur et ses phrases pleines de cynisme dont elle seule à le secret, même si je dois avouer être plutôt bon à ce petit jeu moi aussi. A cet instant précis, elle m'exaspérait. Non je n'avais pas du tout envie de lui parler ou alors j'en mourrais d'envie mais je faisais tout pour ne rien laisser paraître. J'en avais marre de passer pour un con et j'avais décidé de mettre le au dela et pourtant, croyez moi, je luttais de toutes mes forces. Après tout, vous savez ce qu'à dit à Oscar Wilde, "le meilleur moyen de résister à la tentation, c'est d'y céder." Pour ma part, je ne devais surtout pas céder à Maelynn. Si je lui montrais trop de chose, si elle se rendait compte qu'elle était succeptible de me plaire, j'étais foutue et je pense d'ailleurs qu'elle l'avait déjà comprit. Après tout, je faisais comme si je la détestais au travail et le soir, je me montrais le plus souvent agréable moi aussi. Elle devait bien s'amuser du petit jeu auquel elle jouait avec moi mais cet après midi, elle allait perdre. L'avantage c'est que j'étais aidé. Il était 18h et je devais rejoindre Lexie après qu'elle ait terminé le bouclage du Journal. C'était alors plus facile de résister à la tentation de pouvoir passer un moment agréable en la compagnie de Maelynn. Je regardais la porte qu'elle venait d'ouvrir. Soupirant légèrement avant de la regarder dans les yeux et de lui adresser un large sourire plein d'ironie dont je suis le seul à avoir le secret. "Je sais que tu es totalement folle du corps de ton patron mais je n'ai pas le temps de répondre à ton désir aujourd'hui, alors laisse moi passer, tu veux bien." dis je en me penchant vers elle pour la regarder dans les yeux, sans un sourire, du moins pas un vrai, sur les lèvres. Maelynn se décala alors légèrement et je pris la direction de la sortie du Starbuck devant le regard outré du vieille dame qui venait de m'entendre prononcer cette phrase et qui avait dû trouver mes propos totalement déplacés. Je lui fis alors un sourire ironique avant de lever les yeux au ciel.

A peine avais je mis le pieds dehors que je sentais la présence de Maelynn derrière moi. Je sais que j'aurais du faire. J'aurais du partir, tout de suite, sans même me retourner. C'est d'ailleurs ce que je voulais faire, je le voulais vraiment mais c'est comme si mon corps refusait tout ce que je voulais lui dicter ! Et merde, j'étais foutue, j'allais forcément retourné et un fois face à elle, je risquais de ne plus pouvoir partir. Je n'allais pas perdre mes moyens heureusement. Mon caractère de merde et ma froideur apparente aidait fortement à cacher la vérité à Maelynn sur mes véritables sentiments. Bref, en une fraction de seconde, je me suis alors retrouvé face à elle et après avoir soupiré j'ai repris la parole. "A quoi tu joue ?! Parce que moi j'en ai marre, je joue plus. Joue toute seule, tu as gagné." dis je d'un ton calme mais très sèrieux. Elle n'était pas stupide, elle allait forcément voir de quoi je voulais parler. Est ce que je baissais les armes ? Lachais la garde ? En quelques sortes, mais j'étais fatigué de cette situation et mes sentiments devenant de plus en plus fort, je dois avouer que ce petit jeu finissait par me lasser.


made by Union Jack.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

worth knowing

Ҩ pseudo : Union Jack.
Ҩ messages : 48
Ҩ crédits : Union Jack.



MessageSujet: Re: Ҩ Who am I fooling ? Ven 9 Nov - 1:00


Who am I fooling ?
I'm just a smiling face and I make believing world

« Je sais que tu es totalement folle du corps de ton patron mais je n'ai pas le temps de répondre à ton désir aujourd'hui, alors laisse moi passer, tu veux bien. »

Tu n'essaies même pas de retenir le sourire qui poind sur tes lèvres. Il a l'air... agacé, frustré deux émotions que tu connaîs si bien que tu en reconnais l'odeur à des kilomètres à la ronde. Il essayait de te mettre en colère en te dépassant, en te tournant en bourrique mais tu n'étais pas décidée à lui en vouloir, plus maintenant. Ta simple présence le faisait fuir mais au lieu de t'énerver encore, cela t'intrigait, titillait doucement ta curiosité débridée. Pourquoi est-ce qu'il te fuyait ? Pourquoi ? Cette question est un poison dans ton cerveay et tant que tu ne l'aurais pas drainé dehors, tu serais obligée de le harceler lui. Non que ça te dérange, tu aimais passer du temps avec lui. Tu avais l'habitude de faire passer les choses que tu n'aimais pas en te forçant, même quand il s'agissait de manger des légumes gamines, mais tu n'avais jamais eu besoin de te forcer avec Liam, ça s'était fait tout seul, comme quand on branche une prise. Drôle de métaphore. Le fait est que tu ne savais pas si tu faisais semblant d'être quelqu'un avec lui ou si tu étais toi-même, cette Raven que peut avait entraperçu et était encore vivant pour en témoigner. Une Raven presque apaisée. Vos conversations baignaient toujours dans la noirceur de vos secrets mais vous les assaisoniez de rires, d'autodérison et de flirt aussi, ce serait faux de dire le contraire. C'était un jeu, un art, qui tu avais appris à manier très jeune mais pourquoi tu retrouvais-tu prise au piège cette fois alors ? Pourquoi ces doutes ?
Tu avais continué à le suivre sur le trottoir jusqu'à ce qu'il perde patience et te balances.

« A quoi tu joue ?! Parce que moi j'en ai marre, je joue plus. Joue toute seule, tu as gagné. »

D'un coup t'as l'impression qu'il t'a propulsé dans ton propre corps, hors de ton rôle, il t'a poussé dans les cordes. Il avait introduit la notion de jeu sans savoir à quel point il est dans le vrai. Tu le dévisages en silence. T'as aucune idée de ce qui est vrai ou faux, où sont les limites du réel et de l'imaginaire. T'es perdue, pommée, t'as perdu pied. T'aimerai tomber le masque mais t'as peur: peur de ce que ça impliquerait, peur de sa réaction, peur de la remise en question. Qu'est-ce qui relevait de la comédie et qu'est-ce qui relevait de la vérité ? Liam était un dommage colatéral, à ton grand damne. Si tu avais pu l'épargner tu l'aurais fais parce que ses secrets étaient à ton sens autant de cicatrices invisibles que tu avais effleuré du doigt sans pouvoir en apprendre plus, sans oser d'ailleurs. Tu avais peur de trop t'impliquer et pourtant tu en avais parfois trop dis. Il ne l'avait pas vu, il ne l'avait pas décelé mais il y avait eu dans tes dires autant de Maëlynn que de Raven. Là où tu ignorais les réponses, tu n'avais pas inventé, tu avais révélé, aussi simplement que ça.
Tu savais que tu avais peu de temps pour mettre ton plan en place avant qu'on ne commence à se poser des questions. Mais Liam avait été plus rapide que tu l'avais cru et voilà qu'il te prenait au dépourvu comme toujours. Un sourire énigmatique a fleuri sur tes lèvres. Une idée saugrenue t'a traversé la tête. Mais puisqu'il bouleverse tous tes plans, tu pouvais bien faire ce que tu voulais non ? Le rideau allait bientôt tomber mais il t'appartenait de mettre fin à tout cela comme tu le souhaitais.

« Tu me reproches de jouer, Liam ? Tu es aussi indécis que tu me reproches de l'être. Je te croyais audacieux mais tu m'as démontré le contraire. J'ai gagné ? Super, laisse moi donc savourer ma victoire alors. »

Et sans lui laisser le temps de réagir, tu fais ce pas pour combler la distance entre vos deux corps. Le temps de te dresser sur la pointe des pieds et déjà tes lèvres rencontres les siennes, chaudes et accueillantes. T'en profites pour te pendre à son cou, tu prends plus d'assurance et ton baiser devient audacieux. Tu te presses contre lui avant qu'il ne pense même à te repousser puis d'un coup, tu laisses mourir le baiser et tu reposes ton pied à plat par terre, comme pour redescendre sur terre. Tu dois avoir les joues rouges et ça c'était pas prévu. Au moins, il peut pas sentir ton coeur qui bat la chamade mais peu importe. Tu portes à nouveau ton regard dans le sien avec un sourire et tu déclares.

« Vous voilà tout d'un coup gagnant, patron. Félicitations. Sur ce, bonne journée, il me semble que vous étiez pressé. »

Et tu tournes les talons comme si de rien n'était, pour me cacher l'émoi qu'un simple baiser à déclencher chez toi.

made by Union Jack.
# Raven
Liam #


Raven
Ghosts from the past are the worse one. They keep haunting you no matter what you do to forget them. No matter what you think, no matter what you want, they are using you like a toy. But I'm no one's toy. I am the puppet master, welcome to my world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

worth knowing



MessageSujet: Re: Ҩ Who am I fooling ?

Revenir en haut Aller en bas
 

Ҩ Who am I fooling ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ONLY FOOLING MYSELF.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk In The Sun :: City of Churches :: Mawson Lakes :: Starbucks Coffee-