AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alliana Ҩ What doesn't kill you, makes you stronger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

worth knowing

Ҩ pseudo : carrie
Ҩ âge irl : 27
Ҩ messages : 441
Ҩ crédits : soon



MessageSujet: Alliana Ҩ What doesn't kill you, makes you stronger. Lun 24 Sep - 16:55



« Alliana Lullaby Jones-Bennett »


my identity card
Hey, salut toi ! Sais-tu que je suis né(e) à Edimbourg en Ecosse ? C'était le 1er Mai 1989 et je suppose que tu as donc deviné que j'ai 23 printemps ! Je suis issu(e) d'une famille de classe moyenne et actuellement je suis en couple. D'ailleurs j'aime les hommes mais le plus important pour moi c'est survire & connaitre demain. Je fais donc partie des the Show Must Go On. En ce qui concerne mon activité dans la société je suis Serveuse au Fishing Hole et Professeur de Fitness, d'ailleurs mes collègues me disent souvent que je ressemble à Amber Heard, c'est fou ça, non ?
Déterminée ☀️ Colérique ☀️ Sensible ☀️ Impulsive ☀️ Dévouée ☀️ Mélancolique ☀️ Altuiste ☀️ Têtue ☀️ Séduisante ☀️ Franche ☀️ Attachante ☀️ Sauvage ☀️ Courageuse ☀️ Discrète ☀️ Indépendante ☀️ Pessimiste ☀️ Douce ☀️ Lunatique ☀️ Envoutante ☀️ Mystérieuse ☀️ Responsable ☀️ Rancunière


I'm getting to know you

☀️ à savoir
☀️ à savoir
☀️ à savoir
☀️ à savoir
☀️ à savoir
☀️ à savoir
☀️ à savoir
☀️ à savoir
☀️ à savoir




Behind the Screen
Hey ! Salut toi ! C'est gentil de venir me voir, je suis nouveau en ville et l'on m'appelle Caroline/Carrie, j'ai 21 piges et je viens de France (34) ! Si j'ai atterri à Adelaïde c'est grâce à mon agence de voyage, "Brain Airlines". Mais bon c'est plutôt chouette par ici, d'ailleurs je risque de trainer pas mal dans les rues au moins tout les jours. Enfin, je dois aller faire des courses, mais avant de partir je veux vous dire que l'on gère la fougère waiii! et que je vais dominer le monde avec sexy Allie siffle




Alliana Lullaby Jones-Bennett
« So I cross my heart, and I hope to die, that I'll only stay with you one more night And I know I said it a million times But i'll only stay with you one more night Trying to tell you no, but my body keeps on telling you yes Trying to tell you stop, but your lipstick got me so out of breath I'd be waking up, in the morning probably hating myself And i'd be waking up, feeling satisfied but guilty as hell .KICK ASS »


Dernière édition par Alliana L. Jones-Bennett le Sam 29 Sep - 17:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

worth knowing

Ҩ pseudo : carrie
Ҩ âge irl : 27
Ҩ messages : 441
Ҩ crédits : soon



MessageSujet: Re: Alliana Ҩ What doesn't kill you, makes you stronger. Lun 24 Sep - 16:56



« All my secret Life »



As long as I can, I'm holding on with both hands,
La neige tombait lentement sur un petit lotissement résidentiel non loin d'Edimburg. Il ne restait que quelques jours avant que le père Noël ne fasse sa distribution annuelle de cadeaux, les enfants du quartier s'en réjouissaient et régulaient leur impatience avec de bonnes pâtisseries, la douceur de la chaleur de la cheminée & des bonhommes de neige dans le jardin. La famille Jones ne dérogeait pas à la règle, Peter & Nora venait d'emménager avec leur petite fille de trois ans, Alliana. Elle était leur joyau le plus précieux. Elle tenait ses longs cheveux blonds de sa mère et les yeux émeraude de son père. Peter Jones venait d'être promu chirurgien et c'était avec joie qu'il avait offert une maison à sa petite famille en vue de grands changements qui s'annonçaient par le ventre arrondis de Nora, elle attendait leur deuxième enfant, leur deuxième merveille. Les Jones ne pouvaient être plus heureux et c'était avec joie et un enthousiasme démesuré qu'ils avaient abandonnés leur petit appartement en plein centre ville pour goûter la vie en banlieue & ses coutumes, comme les gens bien le faisaient. Alliana venait de rentrer à l'école du coin, Nora était inscrite au club de lecture et elle n'oubliais jamais d'apporter une fournée de muffin à la paroisse du coin tandis que Peter allumait le barbecue pour accueillir leurs voisins.

C'est en début de soirée que Peter regagna son cocon familiale, il accrocha sa veste, huma la bonne odeur de fondant au chocolat qui cuisait au four, avant de se diriger vers le salon où il trouva sa petite princesse aux cheveux dorée devant son dessin animé préféré. Il n'en fallut pas plus avant que la jeune fille ne court à sa rencontre. « Papa ! » Le jeune père se baissa afin de serrer sa fille dans ses bras et lui déposer un baiser sur le front. Il finit par reporter son attention sur sa femme, assise près de la fenêtre caressant son ventre, lui décochant un de ses sourires dont il était amoureux, les yeux pétillants. « Alors Cassiopée est-elle déjà de sortie ce soir ? » Nora adorait admirer les constellations, les voir briller & disparaître peu à peu, d'ailleurs un télescope attendait patiemment dans le garage les festivités de Noël avant de pouvoir rejoindre le bonhomme de neige à l'extérieur, c'était un cadeau que Peter avait toujours rêvé de faire à sa femme, l'occasion s'était enfin présentée. Elle passa sa main sur son pendentif, une petit étoile avant de rire légèrement, il la connaissait si bien. « Non, je me contentais de regarder la neige tomber, c'est tout aussi plaisant et apaisant » répondit-elle tandis qu'Allie réclamait à nouveau l'attention de son père en lui tirant sur la manche. « Papa, papa, tu viens regarder le Roi Lion avec moi ? » Amusé, il s'empara d'une de ses couettes qu'il fit tourner entre ses doigts, « Ca dépend si maman à besoin de moi, princesse. » Il releva un sourcil interrogateur envers sa femme. Nora se releva avec plus d'agilité que sa condition lui offrait. Sa maternité lui allait si bien« Maman a à faire en cuisine, je vous laisse un quart d'heure et après on s'occupera du sapin, d'accord Allie ? » La petite blonde hocha la tête avec conviction, elle était heureuse de pouvoir passer un peu de temps avec son papa, il faut dire que son travail lui prenait beaucoup de son temps. Elle l'entraina sur le canapé et à peine fut-il installé qu'elle se blottit dans ses bras. Elle regardait pour la énième fois le Roi Lion, elle avait eu la cassette une pair de jour avant. Cependant, le moment qu'elle redoutait le plus ne tarda pas et elle serra son étreinte un peu plus lorsque Mufasa, le père du petit lion, rendit son dernier soupir. Elle releva ses yeux verts embués de larmes vers son père, la mine triste, et bien que dans un premier temps Peter fut amusé de voir à quel point les changements d'humeur étaient facile chez les enfants, il fut ému par les propos de sa fillette. « Dit, Papa, tu partiras jamais toi ? Je veux pas que tu partes, je veux que tu restes toute ma vie. Et maman aussi. » Peter embrassa sa fille, la mort un concept si difficile dont même les enfants avaient pleinement conscience. « Ne t'inquiètes pas mon coeur, je serais toujours là pour toi, il ne m'arrivera rien et à maman aussi. On veillera sur toi toute notre vie et ton petit frère aussi... » Il la serra un peu plus contre lui et satisfaite de la réponse, elle replongea son attention sur le dessin animé. C'était une promesse qu'il ne pourrait malheureusement pas tenir... Du moins pas dans ce monde...



If tomorrow never comes
« Maman, tu m'avais promis que tu m'apprendrais à faire des cookies ce week-end ! » La petite blonde bouda, elle ramena ses bras sur sa poitrine et les croisa en signe de désapprobation, son petit nez se fronça. Haute comme trois pommes et à peine âgée de six ans, elle avait déjà son petit caractère et tenait tête à sa mère. Celle-ci soupira et se baissa pour être à la hauteur de sa fille. Laisser ces deux enfants à une baby sitter venant de fêter ses 20ans ne plaisait pas plus à Nora et pourtant il le fallait. Elle caressa la joue de sa fille avant de s'emparer d'une mèche folle qui s'était échappée de son chignon serré et la remis en place. « Je sais Allie, simplement on a pas le choix, c'est pour le boulot de Papa. Je te promets qu'on les fera quand je rentrerai, d'accord ? » La fillette leva ses yeux émeraudes vers sa mère et se détendit un peu. Des larmes lui montèrent aux yeux et elle se jeta dans les bras de sa mère afin de la serrer fort. « Je veux pas que tu partes ! » C'était la première fois que Nora et Peter s'absentaient plus longuement que le simple temps d'une soirée, et Nora était anxieuse, elle s'en voulait de laisser ses deux enfants seuls, sous la garde d'une autre, elle avait l'impression de fauter en tant que mère. Une mère ne doit-elle pas toujours être là pour veiller sur ces enfants ? Assumer les conséquences, c'était ce qu'on lui avait toujours inculqué ainsi qu'être responsable. Elle serra un peu plus sa fille contre son coeur, il était tant d'y aller, son mari l'attendait dans la voiture, ils devaient se rendre à un séminaire. « On reviendra vite je te le promets. Et puis, papa essayera de ne pas travailler dimanche prochain et on ira au zoo, d'accord ? Tu montreras à Samaël comment nourrir les singes ? » Alliana hocha la tête en silence et renifla un petit coup. Une petite fille l'interpella pour qu'elle se mette à côté d'elle. Tout comme elle, Alliana portait son tutu de danse rose que sa mère remettait en place effaçant au passage une ou deux plissures. Elle l'aida à mettre ses chaussons de danse, lorsqu'une jeune femme longiligne et vêtu d'une combinaison plus sombre s'avança vers la jeune mère. « Mme Jones, je suis désolée mais le cours va commencer. » Nora opina de la tête, il était temps, elle remercia la jeune femme et fit les dernières recommandations à sa fille. « Allie, n'oublies pas c'est Lila qui vient te récupérer, elle passera tout le week-end avec Samaël et toi, ok ?! Je te fais confiance pour être sage, et prends soin de ton petit frère, tu veux bien ? C'est toi la grande soeur, montre lui l'exemple ! » Nora agrémenta ses derniers propos d'un clin d'oeil complice et d'un dernier baiser sur le front. Alliana acquiesça avec énergie, elle adorait quand sa maman lui disait qu'elle était une grande et elle aimait encore plus s'occuper de son petit frère, lui montrer ce qu'il fallait faire ou ne pas faire, être un modèle, lui apprendre la vie, veiller sur lui. Elle se sentit soudain très fière et c'est finalement avec le sourire qu'elle regarda sa mère passer la porte et lui faire un dernier signe alors qu'elle rejoignait les rangs auprès de son amie. La musique ne tarda pas à se diffuser, à s'insinuer dans chaque pore de sa peau, à faire vibrer son coeur et lui donner des frissons jusqu'à faire trembler son âme. Elle fit une pointe, puis deux, un mouvement large et tendu, un sourire, une arabesque. Peu à peu, elle se détendit, ses muscles bien que sollicités se détendirent, chassant toute pression. Elle n'était que bonheur, joie, ses tracas envolés, elle ne réfléchissait plus et laisser le son de la voix de son professeur dicter les mouvements de son corps souple. Elle n'avait que six ans, mais elle savait déjà ce que le mot passion signifiait. Et la danse en était une, son monde, son refuge, le ciel étoilé où personne ne pouvait entamer son essence.
*
* *
« Samaël, rends-moi mon livre tu sais même pas liiireuh ! T'es trop petit ! » « Bah d'abord toi aussi tu sais pas liiiire ! » Le petit garçon qui venait de fêter son troisième anniversaire tira la langue à sa grande soeur qui prit la mouche. Comment pouvait-il mettre en doute ces paroles, elle venait de rentrer au CP et commençait à savoir lire, du moins elle aimait s'entraîner et reconnaître les mots qu'elle avait appris. Les lèvres pincées, elle attrapa dédaigneusement le livre des mains de son jeune frère et le posa sur la table basse du salon. Le petit était outré de s'être fait prendre l'ouvrage, cependant il la laissa faire et l'observa plus attentivement, comme il le faisait toujours, il aimait quand sa grande soeur lui montrait des choses. « Même que si ! Regarde ! » Elle tourna avec fébrilité les pages du livre avant de tomber sur un passage qu'elle connaissait particulièrement. « Blanche-Neige croqua... la pommeuuh... et tomba dans un.. sommeil pro..fond » Son doigt avait suivi chaque mot, chaque syllabe. Elle releva la tête vers son frère, fière d'elle, elle était persuadée de lui avoir cloué le bec, et elle fut surprise de voir qu'il n'en démordait pas. Il n'était pas frère et soeur pour rien, il n'avait que 3ans et il lui tenait déjà tête. « Même pas tu sais lire, tu sais que regarder les images, c'est facile ». Elle ouvrit la bouche, étonnée, prête à répliquer, mais la minuterie du four sonna, appelant de son bip sonore la cuisinière, Lila posa son magasine et s'approcha du four. « Et bah d'abord t'auras même pas de gâteau en dessert, voilà ! » elle lui tira la langue avant de se ruer vers la cuisine en riant, ses boucles blondes s'agitant au gré de ses mouvements. Samaël ne tarda pas à se ruer à sa poursuite pour pouvoir l'attraper. Lila avec un moule à gâteau dans les bras et sortant du four, commença à élever la voix, avec un plateau en suspension ce n'était pas le moment de chahuter dans ses pattes. Et pourtant Samaël et Alliana ne pouvait s'empêcher de rire aux éclats en courant autour du bar américain qui trônait au milieu de la cuisine. Et puis la suite se passa très vite, des rires, des protestations de la jeune étudiante, Lila fut percutée de plein fouet par Allie qui avait évité la petite main de son frère qui tentait agripper son bras, il rigolait et haletait à la fois. Lila perdit l’équilibre et Allie se retrouva les fesses contre le sol, son frère ne tarda pas à la rejoindre, emporté par l’élan de sa course. Le plat brûlant s’échappa des mains de l’étudiante et vint percuter le sol ainsi que l’avant bras du petit garçon, lui laissant au passage une jolie marque rouge. Le temps sembla s’arrêter un instant où chacun partager un regard incrédule. Mais ça s’était avant que les pleurs ne commencent.

Il était près de 22h, l’agitation s’était enfin calmée, les pleurs s’étaient arrêtés et Samaël regardait les Aristochats tout en reniflant les yeux rougis, une compresse sur le bras imbibé de pommade et Alliana lui caressant les cheveux et s’excusant. Elle était persuadée d’être responsable de l’incident et d’avoir fauté. Elle n’avait pas pris soin de son petit frère. Lila se posa enfin, elle venait de jeter le gâteau qui reflétait maintenant un mauvais souvenir, qu’est ce qui lui avait pris de se lancer dans la confection d’une patisserie ! Ah oui, la petite Alliana et son fameux rituel. Elle soupira de soulagement, elle n’avait plus qu’à attendre une ou deux heures de plus avant de rentrer chez elle. Les parents étaient en route, elle avait été contrainte de les appeler, et bien qu’elle avait tenté d’apaiser Mme Jones celle-ci avait décidé de rentrer immédiatement. Elle serait finalement relevée de ses fonctions de baby-sitter plus tôt ce qui n’était pas pour lui déplaire, sa meilleure amie organisait une soirée le lendemain. Finalement le temps s’écoula peu à peu, l’un contre l’autre, Allie et Samaël s’étaient endormis le dessin animé se termina et Lila s’empressa d’éteindre la télévision avant de les porter jusqu’à leur lit respectif et de les border. Elle se servit un verre de jus de fruit et s’installa devant la télévision, une couverture sur les jambes… Et pendant qu’elle tombait peu à peu dans les bras de Morphée, elle n’avait aucune idée de ce qui se passait à une soixantaine de kilomètre. La voiture japonaise filait à toute vitesse sur les routes de campagne, une jolie blonde, à peine la trentaine semblait aux bords des larmes, que faisait-elle loin de son fils lorsque celui-ci souffrait ? Son mari tentait de l’apaiser et lui prit la main. Il ne vit pas le camion qui arrivait en sens inverse et qui déborda sur sa voie et encore moins le chauffeur endormi derrière son poste de conduite. Peter donna un grand coup de volant au dernier moment avant de venir s’encastrer dans un arbre et s’enrouler autour. Un dernier cri eut le temps de s'échapper des lèvres de Nora, avant qu’elle ne soit projetée contre le tableau de bord, que son souffle soit coupé et sa cage thoracique enfoncée. Peter eut le temps d'essuyer une dernière larme sur la joue de sa compagne aux yeux pâles dans lesquelles il ne pouvait plus apercevoir son âme, de penser à ses enfants qu'il ne reverrait plus, avant de fermer les yeux pour la dernière fois... Il lâcha son dernier souffle alors qu'a des dizaines de kilomètres de là, le coeur d'Alliana loupa un battement, la faisant légèrement sursauter dans son sommeil. Gênée, elle changea de position et plongea à nouveau dans un profond sommeil, sauf que cette fois c'était une de ses nuits sans rêves et éprouvante, elle n'était plus tranquille.



Cry, Coz' I'm here to wipe your eyes
La petite fille balançait ses jambes d'arrière en avant, prostrée sur sa chaise devant le bureau de la directrice de l'orphelinat. Elle avait les yeux rougis par les longues heures qu'elle avait passé à pleurer, elle était à bout de force, ces cheveux tombés sur ses épaules sans éclat, sa peau était livide et des larges cernes étaient dessinés sous ses yeux éteints. Son ventre criait famine, mais elle ne l'écoutait plus, elle n'avait presque pas manger en deux jours, à quoi bon ?! Elle avait à peine 10ans et la force de se battre l'avait déjà quittée, elle désirait déjà en finir, s'allonger, fermer les yeux et se laisser emporter... Elle était si fébrile, sa gorge était nouée et contenait encore des sanglots. La vie n'avait pas été facile avec elle, elle avait déjà vécu beaucoup de chose pour une gamine de dix ans, elle faisait partie de ces enfants qui grandissent trop vite et pourtant elle s'était battue, elle avait toujours été là pour le réconforter, le bercer, lui raconter des histoires, et ceci pendant quatre longues années. Elle avait veillée sur lui... Une larme roula sur sa joue à sa simple pensée. Son frère Samaël, il n'était plus là, il lui avait enlevé, comme la vie lui avait déjà pris ses parents. Il pouvait être n'importe où maintenant, mais il était surtout dans une famille et sans elle. Elle ne pourrait plus veiller sur lui la nuit, comme elle l'avait promis à sa mère, elle avait failli à sa mission, il était tout ce qu'il lui restait et on lui avait aussi arraché. Elle était pourtant la seule à savoir comment le calmer, comment faire pour sortir les monstres de son placard, comment jouer avec la lumière pour qu'il puisse s'endormir avec sérénité. Sous la rage qui l'envahit à cause de toutes ses pensées néfastes, son poing se referma et elle serra les dents. Elle avait été stupide de se faire avoir de la sorte. Il l'avait distraite, tenue loin de lui, afin que ce couple puisse faire la connaissance du petit sans peine et qu'ils puissent le prendre. Elle n'avait pas été là pour le protéger, le défendre, parler à sa place et leurs faire comprendre que c'était les deux enfants ou aucun des deux, comme elle l'avait fait ses quatre dernières années, depuis qu'elle avait appris le décès de ses parents. Elle en exaspérait plus d'un dans cet orphelinat avec son franc parlé et sa surprotection et puis, elle avait déjà 10ans... Tout le monde savait que plus les enfants sont âgés, moins ils ont de chance de partir et elle commençait à en prendre conscience. Il s'était donc débarrassé du petit avant qu'il ne soit trop tard pour lui aussi. Elle ne désirait pas rester plus longtemps entre ces quatre murs qui lui donnait la nausée et une partie d'elle même était rassurée, qu'au moins Samaël s'en sortirait, il avait le droit d'avoir une famille aimante. Alors sans lui à quoi bon continuer à se battre ? Elle avait la sensation qu'elle n'avait plus de raison de vivre, plus personne pour lesquelles se battre, elle était seule et triste... Rien qui ne valait la peine d'être sauvée... Après tout si elle en était là, c'était sa faute non ? Elle essuya une nouvelle larme avec rage. Une fois de plus elle avait été stupide cette nuit-là. Stupide de courir dans la cuisine, de faire revenir ses parents... Ils n'auraient jamais du être sur cette route, si elle n'avait pas blessée son petit frère. Depuis, que l'agent de police était venue sonner à sa porte d'entrée, elle culpabilisait et ce fardeau était bien trop lourd pour une fillette. Son coeur se serra, elle était persuadée d'avoir tué ses parents, et cela la consumait de l'intérieur à petit-feu. Un poids sur le coeur dont elle n'arrivait pas à se délivrer. Une cicatrice à vie qui ne cesserait jamais de la quitter... Sa mélancolie, sa blessure. Elle jeta un coup d'oeil à sa jupe écossaise et à son blazer qui portait l'emblème de l'orphelinat. Elle n'avait plus de propre identité, elle n'était qu'une parmi tant d'autre... Perdue dans ses idées noires, elle n'entendit pas le martèlement des talons aiguilles contre la dalle froide qui allait pourtant changer sa vie.




Alliana Lullaby Jones-Bennett
« So I cross my heart, and I hope to die, that I'll only stay with you one more night And I know I said it a million times But i'll only stay with you one more night Trying to tell you no, but my body keeps on telling you yes Trying to tell you stop, but your lipstick got me so out of breath I'd be waking up, in the morning probably hating myself And i'd be waking up, feeling satisfied but guilty as hell .KICK ASS »


Dernière édition par Alliana L. Jones-Bennett le Dim 28 Avr - 16:08, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

worth knowing

Ҩ pseudo : carrie
Ҩ âge irl : 27
Ҩ messages : 441
Ҩ crédits : soon



MessageSujet: Re: Alliana Ҩ What doesn't kill you, makes you stronger. Ven 28 Sep - 17:53




« All my secret Life »



Votre citation personnelle
ICI


Votre citation personnelle
ICI


Votre citation personnelle
ICI



Alliana Lullaby Jones-Bennett
« So I cross my heart, and I hope to die, that I'll only stay with you one more night And I know I said it a million times But i'll only stay with you one more night Trying to tell you no, but my body keeps on telling you yes Trying to tell you stop, but your lipstick got me so out of breath I'd be waking up, in the morning probably hating myself And i'd be waking up, feeling satisfied but guilty as hell .KICK ASS »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

worth knowing

Ҩ pseudo : carrie
Ҩ âge irl : 27
Ҩ messages : 441
Ҩ crédits : soon



MessageSujet: Re: Alliana Ҩ What doesn't kill you, makes you stronger. Mer 3 Oct - 9:21

Il était à peine 18h30 et le soleil déclinait déjà à l'horizon, laissant sa place à la nuit qui recouvrit peu à peu une petite bourgade à 1h d'Edimbourg de son manteau étoilé. Une petite Ford bleu foncée se gara sur une allée de garage devant une petite maison cosy et aux volets aussi bleus que la voiture d'où s'échapper un large rayon lumière chaud et accueillant pour ce mois de Novembre particulièrement froid. D'ailleurs la neige avait déjà laissé une fine couche de glace sur la pelouse entretenue de la maisonnette. C'est en grelottant et emmitouflée dans un pull trois fois trop grand pour elle, qu'une petite blonde descendit de la voiture. Elle était hésitante et ne cessait de regarder autour d'elle, s'imprégnant de chaque nouvelle senteur, de chaque nouvelle impression, tentant d'apprivoiser ce nouveau monde qui l'entourait. Elle était restée enfermée bien trop longtemps dans cet orphelinat et ce n'était pas la sortie mensuelle au parc qui l'avait aidé à s'épanouir, ni même les quelques heures passées en classe, dans une école miteuse à quelques rues à peine de l'orphelinat. Sa vie avait été si monotone ces quatre dernières années qu'intérieurement elle s'émerveillait de tout, elle avait l'impression d'être partie enfin à l'aventure, de découvrir le monde et bien qu'elle appréhendait ce qu'il allait se passer les jours suivants, elle n'était pas effrayée, rien ne pouvait être pire que ce qu'elle avait déjà vécu. La conductrice, une jeune femme longiligne d'une trentaine d'années la rejoignit et lui décocha un sourire bienveillant qui fit fondre les dernières réticences de la jeune blonde. Elle accepta même qu'elle lui prenne la main, rassurée, elle qui s'était recroquevillée auparavant refusant tout contact physique, elle avait été extrêmement méfiante lorsqu'elle avait rencontré cette jeune femme quelques heures auparavant.

La jeune femme finit par pousser, la porte d'entrée bleue comme les volets laissant une enveloppe chaude les happer avec douceur. Alliana se sentit plus détendue, elle n'avait pas goûtée la sérénité et l'hospitalité que pouvait offrit une maison, depuis longtemps et ce n'était pas le vieux chauffage de l'orphelinat ni même les murs aseptisés qui lui aurait offert cette chaleur réconfortante, cette impression d'être chez soi et à son aise. La jeune femme enleva son manteau tandis qu'Allie ouvrait de grands yeux, observant chaque recoins du salon qui était la pièce maitresse de la maison. Elle aimait l'essence même de la pièce à vivre, le bonheur et la joie qui se dégageaient des nombreuses photos posées sur les différents meubles et la cheminée, les peintures de paysages hivernaux et estivaux plus sublimes les uns que les autres accrochés fièrement au mur. La maison était décorée avec goût. Alliana fut tirée de sa rêverie par des pas dans l'escalier, une jeune fille à peine plus âgée qu'elle descendait de l'étage souriante, et bien qu'elle fut étonnée de découvrir une petite fille dans son salon, elle ne laissa rien paraitre et s'avança vers sa mère afin de l'embrasser avant de poser un regard bienveillant sur Allie, avide d'apprendre à la connaitre.

Alliana se souvient encore de sa rencontre Everleigh, une rencontre qui changea sa vie. Elle se souvient de ce jour où elle a été sauvée alors qu'elle perdait pieds et qu'elle n'était qu'une âme en peine. Comme à son habitude Alliana avait posait son regard émeraude sur la jeune adolescente, l'observa et tenta de lire son âme. Son visage exprimée une tendresse infinie, son sourire une gentillesse non dissimulée et sa voix une douceur qui apaisa la petite fille. Elle l'aimait déjà. "Bonsoir, Alliana, comment vas-tu ? Moi c'est Everleigh, mais tu peux m’appeler Evie. Tu vas voir on va bien s'amuser toute les deux". Ses yeux étaient rieurs et son sourire réconfortant. Il émanait d'elle une aura apaisante et Alliana décocha même un petit sourire en coin malgré elle. Finalement sa chance avait peut-être tournée.



Alliana Lullaby Jones-Bennett
« So I cross my heart, and I hope to die, that I'll only stay with you one more night And I know I said it a million times But i'll only stay with you one more night Trying to tell you no, but my body keeps on telling you yes Trying to tell you stop, but your lipstick got me so out of breath I'd be waking up, in the morning probably hating myself And i'd be waking up, feeling satisfied but guilty as hell .KICK ASS »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

worth knowing



MessageSujet: Re: Alliana Ҩ What doesn't kill you, makes you stronger.

Revenir en haut Aller en bas
 

Alliana Ҩ What doesn't kill you, makes you stronger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» what doesn't kill you makes you stronger
» What does not kill me makes me stronger - Hippo
» what didn't kill us made us stronger.
» What doesn't kill you make you stronger + Octavia
» Born to kill all lives...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk In The Sun :: I'm coming Home :: Vos Passeports :: Passeports en Règle-